mercredi 18 mars 2015

Le Front de gauche / PCF et la SNCF en Dordogne.




Au syndicat CGT des cheminots de la Dordogne




Suite à votre courrier et à notre rencontre du 6 mars dernier, veuillez trouver ci-joint un point sur notre engagement.


Quatre idées nous apparaissent importantes :

-      Tout d’abord, nous parlons et nous défendons l’idée du service public qui signifie notamment pour nous égalité d’accès des citoyens et de dessertes des territoires.
-      Nous prenons en compte l’idée que vous avez développé lors de notre rencontre de défendre le train au quotidien, d’où d’ailleurs l’intérêt d’échanger ensemble, et de combattre résolument à vos côtés la dégradation des conditions de transport.


Les deux autres points concernent les propositions que l’on peut faire
-      Sur le développement du réseau
-      Et la question toute aussi centrale de l’avenir des ateliers industriels de Périgueux.



Le service public

Au-delà de la SNCF, c’est tout le service public qui est aujourd’hui attaqué à la fois par la politique du gouvernement, l’austérité et la politique européenne de baisses continues de la dépense publique au profit du privé.
Nous dénonçons ce véritable pillage de la richesse nationale en faveur des grands groupes du CAC 40.
Les attaques répétées contre la SNCF s’inscrivent dans ce schéma profondément idéologique  que nous dénonçons dans lequel se love pleinement la dernière réforme ferroviaire.

Ce pillage détruit à la fois socialement et économiquement notre pays, tout en ne permettant pas de répondre aux besoins pressants des populations et des enjeux actuels.

Nous avons besoin d’un grand service public SNCF à la fois pour :

-      Répondre aux besoins des usagers
-      Développer et désenclaver tous les territoires
-      Répondre aux enjeux climatiques.

Dire cela, c’est faire en sorte d’avoir une grande politique de relance du transport ferroviaire à la fois en matière de passagers et de fret.
C’est donc mobiliser l’argent, qui existe, le sortir des coffres suisses par exemple….ou bien faire en sorte que la banque centrale européenne ne soit plus privatisée et finance de grands projets d’intérêt commun.

Le train au quotidien

En vous écoutant, nous encore plus pris conscience de la dégradation à la fois du service public et des conditions de travail des cheminots.
La notion de train au quotidien a reçu toute notre attention.

Ce combat, comme les autres, ne s’arrêtera pas fin mars et nous le prenons en compte et dans nos argumentaires en direction des populations.

D’autres échéances comme les élections régionales vont mettre cette question au cœur.

Pour nous, il est clair, que la voie de sortie de ce problème n’est pas, l’accentuation de la régionalisation de la SNCF, chemin vers la privatisation, mais bien le service public avec les moyens  à donner.

Sur le développement du réseau

Plusieurs points fixent nos priorités :

-      Le maintien total de l’étoile ferroviaire de Périgueux et les lignes vers Agen et Brive
-      L’arrêt de la dégradation du transport sur les lignes vers Libourne et Limoges.
-      Nous réaffirmons l’enjeu pour Périgueux et la Dordogne d’une liaison nationale vers Paris, le POLT à l’inverse de la solution ultra chère pour les usagers du TGV via Bordeaux.
-      La navette ferroviaire Mussidan-Niversac.


L’avenir des ateliers

C’est une question centrale pour Périgueux, l’agglo et toute la vallée de l’isle notamment.
Les ateliers sont le poumon économique du territoire. Rien ne justifie leur démantèlement qui s’annonce relativement rapide selon vos propos.

Il y a donc urgence à faire de cette question une question publique. Pour notre part nous nous engageons à le faire.


Voilà les réponses non exhaustives que nous souhaitions vous formuler.
Il est clair que les combats qui s’engagent sont des combats de longue haline.

Pour notre part, ils sont déjà au cœur de notre argumentaire de campagne que ce soit sur Périgueux, l’agglo et la vallée de l’isle.


Nous sommes bien sûrs à votre disposition pour continuer à échanger, y compris, après les échéances électorales de mars.

Enfin, au niveau du Front de gauche et du PCF, nous organisons le mercredi 18 mars une initiative propre : Une journée pour le service public SNCF.


Journée qui se conclura par un rassemblement du Front de gauche devant les ateliers du toulon, pour marquer notre attachement envers leur avenir à 17 heures.

Evénement sur FB ici











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nombre total de pages vues