jeudi 26 février 2015

Parole Citoyenne de Benjamin Regonesi

Je suis Benjamin Regonesi, j'ai 27 ans, et je suis bibliothécaire au Comité d'Etablissement SNCF de la Région de Bordeaux. J'ai rejoint la Dordogne il y a peu de temps.


Les problématiques qui me touchent le plus et dont je voudrais que le département se saisisse concerne l'accès à l'autonomie de la jeunesse. Ici, comme partout en France, être jeune constitue une sorte de rite d'initiation, où nous devons alterner entre précarité, chômage, courir après des aides qui sont difficiles à saisir, fournir des preuves de notre volonté de nous en sortir, alors même que nous sortons de l'école et que la collectivité nous laisse sans droits.

Je suis étonné de voir qu'en Dordogne, comme partout en France, on ne donne pas voix au chapitre à ces jeunes qui essayent de s'émanciper, créant par là-même un conflit générationnel qui se fait de plus en plus sentir, la génération que certains nomment " Génération Y " n'est-elle pas en train de devenir la " Génération No Futur " bis.

Je n'attends en réalité qu'une chose de ces élections, à l'instar de ce qui s'est passé récemment en Grèce avec l'arrivée au pouvoir de Syriza, c'est que cette génération devienne la génération " Révolution ". Qu'on l'entende et qu'on l'aide à construire, que ce soit par l'école ou par l’accès à la citoyenneté (avec un renforcement des PIJ, des MJC) la société de demain. Qu'on laisse place à l'humain là où il n'y en a que pour l'argent.

Cela passera certainement par des mesures visant à " donner le pouvoir " aux jeunes dans des instances de décision, à réorienter les MJC  et les PIJ pour qu'ils ne soient pas que des " vitrines " d'une institution territoriale mais bien des lieux gérés par et pour les jeunes.  Mais aussi par la création de postes permettant d'assurer l'aide à l’accès à l'autonomie de chaque jeune (pour trouver un logement, un travail), passer de l'information à l'accompagnement, sans aller jusqu'à l'assistanat.

Toutes ces idées supposent que le gouvernement revienne sur la réforme territoriale. Nous avons besoin d'élus de proximité, de politiques de proximité qui puissent répondre à ces enjeux essentiels que sont les premiers pas dans la construction d'un individu.

Parce qu'être jeune ne devrait pas être une punition, parce que c'est aujourd'hui que l'on doit construire une société plus juste, plus équitable et plus humaine, parce que leurs propostitions répondent à ces enjeux, je soutiens les candidats  du Front de Gauche.


Benjamin Regonesi.



Retrouver nos propositions sur la jeunesse 

Aucun commentaire:

Nombre total de pages vues